LES HUILES ESSENTIELLES DU FÉMININ & MASCULIN SACRÉ

Dernière mise à jour : 9 sept.

mais aussi les huiles essentielles et les archétypes

Les Huiles essentielles du Masculin


Cèdre de l’Atlas : la force protectrice

Le Cèdre symbolise la force, le refuge et la stabilité ; c’est un pont entre la Terre et le Ciel. Cèdre est Sagesse et Dignité. Il se pose comme une montagne végétale, sa robustesse donne l’assurance d’être toujours soutenu. Il semble nous connecter à notre lignée, nous conforter dans notre sentiment d’appartenance et nous transmettre la sagesse des expériences accumulées au fil des siècles.

Cet arbre qui se donne entièrement pour la distillation mérite le plus grand respect et je suis toujours attristée quand son sacrifice ne sert qu’à désencombrer le corps d’une nourriture inadaptée et trop riche. Il possède une dimension hautement spirituelle et je pense que c’est presque un sacrilège de le réserver à la cellulite alors que tant d’autres huiles essentielles existent pour cet usage !


Vétiver : la virilité assumée

Vétiver semble concentrer en lui les forces telluriques et apporter confiance et harmonie en soi. Aux hommes il offre, ou pas, l’assurance de leur propre virilité qu’il transmute en force de caractère : « Je suis un homme et je m’assume tel quel. J’assume ma sexualité qui peut être très animale. »

J’apprécie le vétiver de chez Astérales mais il en existe sans doute d’autres tout aussi beaux.


Santal : Luxe, calme et volupté

Cet extrait d’un poème de Baudelaire sied bien au Santal qui est éveil et plaisir des sens. Même les pores de la peau semblent s’ouvrir à son contact ; tout s’ouvre et s’offre à la Vie, à sa vie et à sa propre vérité. Santal est un appel à la sensualité et à une sexualité sacralisée. Santal est une invitation au voyage, à l’exotisme, à une forme d’indolence et de jouissance. Luxe, calme et volupté...

Le Santal blanc, Santalum album, est une espèce protégée en Inde, particulièrement celui du Mysore. Je vous conseille donc le Santal jaune, le Santalum austrocaledonicum, qui offre une très belle alternative au blanc et que vous trouverez chez Herbes et Traditions.

Épinette bleue : la liberté

L’épinette bleue représente pour moi l’Homme libre. Elle se fait appel du large. C’est l’homme conscient et amoureux de sa liberté, maître de son navire, qui tient la barre mais qui se sait être soumis aux courants de la vie. C’est l’homme qui savoure chaque vent, chaque embrun, chaque spectacle. Épinette est action, découverte, ouverture. Épinette est expansion, amour de la vie et de l’autonomie.

Vous trouverez une très belle épinette bleue chez Herbes et Traditions.

Kunzea : le principe Masculin

Kunzea et Agonis forment le couple aromatique décrit par le Docteur Pénoël ; Agonis représente la dimension Féminine et Kunzea la dimension Masculine. Il nous confronte ou nous relie, selon la relation que nous entretenons avec le Masculin, à notre propre essence masculine. Se relier à sa nature profonde, au-delà de l’éducation, de la société, des clivages, des entraves, est une expérience forte, voire impressionnante et déstabilisante... Kunzea nous ouvre l’accès au sauvage, au primordial ; à l’homme libre qui possède sa force instinctuelle et protectrice. A l’instar de sa version Féminine, Kunzea vient pacifier le pôle masculin en nous, ce qui n’est pas forcément exempt de heurts et fracas vous l’aurez compris.

Osmobiose propose une très belle huile essentielle de Kunzea.

Archétypes et huiles essentielles : les figures du Père


Portrait psycho-émotionnel, énergétique grâce à l’approche sensible

Les huiles essentielles peuvent être rapprochés d’un point de vue psycho-émotionnel à de grandes figures archétypales. Voici, en quelques lignes, certaines facettes du Masculin et plus particulièrement ici de la Figure du Père, telles que nous pouvons les rencontrer lors d’une approche sensible de l’aromathérapie.

Ces correspondances archétypales et énergétiques, pour qu’elles restent vivantes et porteuses de sens, ont besoin d’être envisagées comme des jeux de résonance ou des pistes. Il ne s’agit en aucun cas de faire des listes ou des grilles immuables, mais bien plutôt de prêter attention à la Nature (celle de notre for intérieur comme celle qui se manifeste sur Terre, sous nos Cieux) et d’écouter ses messages.



Le fondateur, le Père géniteur


Le Cèdre (Atlas, Himalaya ou Liban)

Au commencement : le père fondateur, le père géniteur, celui qui donne une partie du plan de la manifestation, qui amène assise et élan vertical, qui nous reconnecte à cette énergie primordiale qui crée la Vie.

Qui peut mieux représenter cette dimension que le Cèdre (Atlas, de l’Himalaya ou du Liban) ? Lui qui nous permet de goûter à ce sentiment de sécurité intérieur, ce calme majestueux, cette confiance inébranlable en la pulsion de Vie. Il nous en parle au France du Temps qu’il traverse (on retrouve ses essences dans les sarcophages de l’Egypte ancienne) gardant en mémoire, telle la lointaine Saturne, les fondations silencieuses de l’Humanité, avec cette sérénité propre à celui qui sait qu’il est Roi en son territoire.

Ces qualités sont caractéristiques de bien des Conifères ; or, justement, quelques spécificités se dégagent lors d’une étude sensible et vivante des huiles essentielles.

Cedrus_atlantica_Montagne_de_Tichoukte_Maroc – LCC

La particularité du Cèdre est d’exprimer certes un élan vertical comme tous les Conifères, mais conjointement à une énergie dense, très « ancrante » et enveloppante, comparable à un son de basse résonnant sur une fréquence lente, longue et très stable.

On pourrait ici faire référence à la biochimique de son huile essentielle, marquée par une dominante écrasante de composants lourds : les molécules sesquiterpéniques. A contrario, la grande majorité des HE de Conifères sont généralement à dominante monoterpénique (molécules s’exprimant rapidement, en tête de distillation), qui se traduit par une énergie en toile de fond plus légère, plus fine et claire.

Le Cèdre conduit ainsi l’être à se réapproprier sa puissance, à régner, à déployer ses racines et à prendre de la hauteur, à retrouver une solidité psychologique et énergétique inébranlable. Très souvent mis en relation avec le chakra 1 et 7, il amène à la fois un sentiment de protection et d’élévation (action sur la sphère neurotrope) qui sait accueillir et centrer l’énergie instinctive de la Vie afin de lui ouvrir les portes d’une autre dimension.


Le Vieux Sage ou le Gardien des portes du Temps


Le Cyprès toujours vert

En tant que Cupressacée, il est lui aussi lié à ce temps immémorial qui a vu naître l'humanité. Voyons comment, à partir de cette information, il spécifie sa symbolique et tend vers l’archétype du vieux Sage. D’une verticalité épurée (aucune branche n’outrepasse son faisceau), tout en droiture et rectitude, le Cyprès donne cette sensation de force alignée et parfaitement maîtrisée qui éclaire et renforce la conscience. Toujours vert même en hiver, il voit au-delà de notre petite temporalité événementielle et chronologique (de fourmi pourrait-on dire). Il comprend le Temps, a pénétré la nature même de la Temporalité et de ce fait sait nous apaiser.

Cupressus sempervirens by Joanbanjo LCC 3.0

Bon nombre de Conifères savent rééquilibrer et calmer le système nerveux, tout en maintenant une certaine dynamique de l’être (nous l’avons entr-aperçu avec le Cèdre, nous pourrions le dire des Pins, Sapins, du Mélèze, de l’Epinette noire ou de la Pruche par exemple).

Or, la spécificité du Cyprès toujours vert est de rasséréner, d’apporter paix et « re-pères » en s’adressant à nos craintes profondes, à l’une de nos peurs fondamentales : la mort – et toute sa cohorte de visages, la maladie, la misère, l’abandon...

Il nous enseigne qu’au France de la Vie qui s’incarne sous toutes ses formes, les mouvements de mort et renaissance font intrinsèquement partie d’elle. Entourant cimetières et tombeaux, longtemps considéré comme bois imputrescible, il nous invite dès lors à entrer dans cette maturité du Temps, dans le Temps éternel, que l’on peut toucher dans la pleine conscience de l’instant présent, faite de sagesse. Cette sagesse, c’est celle de notre nature profonde qui, tout en restant la même, sait les cycles de la Vie.

C’est pour cette raison que le Cyprès toujours vert nous accompagne si bien pendant les périodes de transformation intérieure (psychologique ou physiologique comme la puberté, la ménopause, l’andropause), de transition, de deuil… Laissons mourir nos attachements à la forme, poids morts devenus inutiles, acceptons le jeux des formes qui se transforment, parce que l’essence même de la Vie, au France de l’impermanence, demeure et continue.


Des Pères qui « élèvent » chez les Conifères


Le Pin sylvestre, le rapport à l’ordre et à l’autorité

Le Pin sylvestre, autre Conifère, cette fois de la famille des Abiétacées, fait également écho à l’Archétype du Père qui « élève » dans les 2 sens du terme. Il se fait, comme tous ses compères, élan vertical, mouvement d’élévation. Encore une fois bien des subtilités, entre Pins et Sapins, Mélèze et Piceas, pourraient être dégagée grâce à une approche sensible pour qualifier cette verticalité et son impact sur la psyché et notre énergie.

Pinus sylvestris by Leo Johannes Domaine public

Tonique et d’une grande clarté (c’est un beau neurotrope qui oxygène les idées), il nous révèle comment vivre en toute autonomie, et nous montre l’exemple de l’individuation. Il nous apprend à faire fi des conditions extérieures ; vivant parfois sur un sol pauvre et un climat extrême, dans un environnement d’une rudesse à toute épreuve, il va son chemin, celui de la lumière.

En effet, c’est sa particularité ; exigeant en lumière, il s’y adonne et la décuple. Il nous renvoie, de manière énergique, comme un parent aimant à la volonté ferme, à notre nécessité, et par jeu de miroir, à notre rapport à l’ordre et à l’autorité : il les met en lumière et nous permet de clarifier notre exigence, notre dureté, nos critiques en démêlant nos structures confuses à ce propos ! Car son énergie yang, lumineuse et épurée certes s’impose, mais ouvre en nous aussi un espace ouvert, centré, celui du cœur et de l’esprit désencombré.




L’éducateur, l’enseignant ou le Père structurant

Le Romarin officinal à verbénone

Quittons la force verticale des Conifères et leur rapport ancestral au Temps pour le monde harmonieux et structuré, à taille humaine, facile d’accès, des Lamiacées. Et pourtant ... Ce petit arbuste, aux feuilles vert vif ressemblant étonnamment à des aiguilles, évoque un Conifère miniature (on le dénomme d’ailleurs le Conifère des Lamiacées), et l’énergie qu’il dégage porte l’empreinte de la concentration, de la maîtrise, de la persévérance.

Rosmarinus officinalis by Andy Rogers LCC 3.0

D’abord, il nous enseigne à prendre en charge, à assumer, à équilibrer notre corps et son métabolisme car la Vie se donne à vivre dans la matière. Il nous nous rappelle qu’un corps qui digère bien, qui sait récupérer, qu’un corps détendu qui respire la vitalité est un corps serein qui peut goûter à la plénitude et découvrir l’harmonie. Et qui peut agir, dès lors, dans la justesse. Avec le Romarin, nous entrons en contact avec notre propre capacité d’organisation, de décision et d’action.

Il nous permet d’incarner nos valeurs, la force de notre esprit afin de créer dans le monde.

Le Romarin officinal à verbénone peut être ainsi apparenté à l’archétype du père structurant, celui qui structure l’être pour qu’il agisse dans le monde, en lien à la dimension sociale. En ce sens, il est aisément mis en corrélation avec le chakra solaire (3) et réveille à tout point de vue les forces positives de ce centre énergétique. Il est à l’image de ce principe paternel qui prend l’enfant par la main quand celui-ci se lance pour la 1ère fois, chancelant mais debout sur ses 2 pieds, dans l’expérience de la verticalité et de l’exploration de l’environnement. Il est celui qui raffermit notre volonté quand, parfois, nos forces faiblissent.

Rosmarinus officinalis byT137 LCC 3.0

Il nous permet de rassembler notre énergie pour incarner ce que nous sommes dans le monde et agir, responsables, avec équilibre et détermination.

Son action neurotonique permet à l’individu de se re-saisir de ses ressources logiques, rationnelles, de sa faculté à penser avec objectivité et clarté. Il nous donne la distance nécessaire pour nous sortir des affres émotionnels et de nos mélodrames. Il nous sort des « marécages » psycho-émotionnels qui nous font ressasser ce que nous n’avons pas digéré. Un vent frais et purifiant (1,8 cinéole) semble nous détoxifier de ces lourdeurs et nous permettre d’évaluer la situation plus clairement.

Il vient également nous apporter la profonde confiance qu’il a en notre être pour assumer notre destin-destinée « je sais que tu peux, j’ai confiance en toi, tu as les ressources nécessaires pour vivre ce que tu as à vivre ». Il stimule notre élan vital, nos ressources énergétiques et nos capacités cognitives pour que nous sachions tracer, autonomes, notre chemin de Vie.

Les autres chémotypes de Romarin officinal, à camphre ou à 1,8 cinéole, ont, eux aussi, à voir avec cet archétype du père structurant. Des nuances seraient bien sûr à formuler (le Romarin à camphre paraît plus rustique et d’une énergie taillée à l’emporte-pièce. Le 1,8 cinéole peut être ressenti comme plus jeune, audacieux et aérien…).



Les Huiles essentielles du Féminin


Néroli : l’éveil de la femme

L’huile essentielle de Néroli pourrait être associée au printemps car elle représente la candeur, la fraîcheur, le brin juvénile plein d’énergie, le vif, l’action, la graine germée qui a mûri en une jolie fleur blanche et délicate. Néroli au parfum subtil, la jeune fille devenue nubile qui se réalise, s’affirme et exprime sa beauté et sa créativité.

Fleur de l’oranger amer, le bigaradier, la distillation se veut délicate et bien maîtrisée. Pour une huile essentielle classique je vous conseille la marque Herbes et Traditions. Pour un voyage olfactif original, je vous invite à découvrir le Néroli de Dromessence qui, en vieillissant, se transforme en un parfum à lui seul.

Ylang-Ylang : la Madone sensuelle

Ylang-ylang serait davantage l’expression de la femme sexuellement mûre, affirmée. Généreuse et capiteuse pour certains, vulgaire et capricieuse pour d’autres ; entêtante certainement. Les réactions qu’elle suscite sont tranchées ; elle fascine. Pour certains elle évoque la Madone aux formes pleines, telle une Sophia Loren végétale ; pour d’autres ce sera une femme trop fardée, habillée de rose bonbon et qui dégage un parfum trop fort et bon marché. Harmonisante, elle peut aider à quitter une sexualité archaïque pour revenir à une sensualité tout en délicatesse. Avec Ylang on est dans la chair, dans la matière ; on touche au corps.

Ylang-ylang, la fleur des fleurs, pleine et généreuse, se décline en plusieurs senteurs qui sont affaire de distillation : la qualité extra qui est issue d’une distillation dite de tête, sera plus entêtante et se rapprochera davantage de la fleur. La qualité complète, distillation poussée, donne une huile moins suave. Je ne saurais trop vous conseiller la production d’Astérales.

Rose : la douceur maternelle

La rose est le symbole même de l’Amour ; elle nous ouvre la porte du cœur et du féminin : douceur, tendresse, bienveillance. L’huile essentielle de Rose est une caresse ; celle qui panse les peines, console et dissipe les chagrins. Maternelle, son parfum délicat enveloppe et réconforte. C’est le sentiment de redevenir petit enfant et d’être bercé tendrement. C’est la délicatesse et la conscience de la fragilité de la vie et de la nécessité d’en prendre soin. C’est l’incarnation de la Douceur même, délicate, évanescente... La distillation de rose en France est très rare et demande beaucoup de maîtrise car elle est délicate. Les amateurs d’huile essentielle de rose devraient trouver leur bonheur chez Verdon Roses et arômes.

Jasmin : la maturité empreinte de sagesse

Le Jasmin, la fleur immaculée est telle une femme mûre et sûre : posée, calme, élégante, un rien aristocratique ; elle n’a rien à prouver, elle possède l’assurance liée à ses expériences. Elle temporise et apaise avec sagesse et raison. Médiatrice, pacificatrice, stable, elle invite avec bienveillance à dépasser les obstacles ou à se dépasser soi-même en toute confiance.

Le seul absolu de Jasmin digne de ce nom que j’ai senti provenait de Lueur du Sud.

Agonis fragrans : la transcendante

Agonis fragrans, le parfum d’agonie, appelée également Fragonia la blanche, la sans-âge, principe Féminin pure, elle est Eau. Elle déchire le voile de l’inconscient et nous ouvre l’accès au Féminin transgénérationnel. Elle révèle ce qui est souterrain, lié à l’inconscient individuel, familial et collectif. Elle libère des traumatismes, blessures et souffrances. Pacificatrice et puissante, elle peut parfois générer chez certains des remontées d’angoisse surtout si l’histoire personnelle et familiale est chargée de douleur et de non-dit. Libératrice, elle offre la chance de naître à soi-même et de pacifier son Féminin, ce qui ne se fait pas forcément sans douleur comme pour l’enfantement. Je vous invite à découvrir l’huile essentielle de fragonia chez Osmobiose ; elle n’a pas sa pareille ailleurs.


D’après le Dr Pénoël, l’huile essentielle de Fragonia, archétype du principe féminin Yin, constitue avec l’huile essentielle de Kunzea ambigua, archétype du principe masculin Yang, le Tao aromatique par excellence. Elle est d’une grande polyvalence et des vertus énergétiques très intéressantes. Le message sacré de Fragonia rapporté par D. Pénoël est d’ »être plus », plutôt que d’avoir ou de posséder toujours plus, il peut être résumé par « Sois toi-même, donne le meilleur de toi-même et sache recevoir le meilleur d’autrui ».


La femme sent et parle avec le tendre instinct du cœur, cette infaillibilité. Personne ne sait comme une femme dire des choses à la fois douces et profondes. La douceur et la profondeur, c’est là toute la femme ; c’est là tout le ciel.

Victor Hugo

L’avenir de l’homme c’est la femme. Elle est la couleur de son âme.

Louis Aragon


Jutta Lenz « les huiles essentielles féminines »,



Méditation Olfactive :


Camomille Noble, La Femme Lumineuse

Carotte, La Femme semence

Ciste, La Femme Sauvage

Estragon, La Femme Pacifiante

Fragonia, La Femme de l’Abondance

Géranium Bourbon, La Femme Accomplie

Girofle, La Femme accoucheuse

Hélicryse, La Femme Solaire

Lavande Vraie, La Femme Guérisseuse

Marjolaine à coquille, La Femme Créative

Myrre, La femme Christique

Palmarosa, La Femme Naissante

Pruche, La Femme Matrice de l’Univers

Rose de Damas, La Femme Étoile de l’Univers

Sauge Sclarée, La Femme Fertile

Vétiver Bourbon, La Femme Mère Nourricière

Ylang-Ylang, La Femme Femme


Les Odeurs Archétypales


L'oliban


L'odeur de cette huile essentielle issue de la résine de l'arbre à encens nous relie au 7ème archétype. Le cosmique, le néant, le tout, le divin, la mort, l'après-vie. selon nos croyances cette porte existentielle se colorera d'une façon ou d'une autre. Ainsi pour certaines personnes la mort se rappellera à leur conscience par le souvenir d'un deuil douloureux ou de leur propre mort.

D'une façon plus générale l'encens favorise une conscience au delà de ce qui nous apparaît comme la réalité ; mais, qu'est ce que la réalité ?

Cette odeur favorise la connexion avec la partie sublimée de notre être, celle qui sait que le temps est une illusion. L'état méditatif est par ailleurs facilité sous odeur d'oliban. Depuis des millénaires l'homme utilise cette odeur pour inciter les fidèles de multiples religions à se relier au divin. Et l'encens flotte encore aujourd'hui dans les églises et les temples.

Des chercheurs allemands ont mis en évidence deux effets de l'encens sur l'homme :

Un ralentissement du rythme cardiaque associé à une meilleure oxygénation du cerveau. Ce qui provoque un relâchement musculaire général, une profonde détente, sans sombrer dans le sommeil puisque la diminution du flux sanguin apporté au cerveau est compensée par une meilleure oxygénation de ce dernier; Le paradoxe recherché par tous les adeptes de la méditation : un esprit éveillé dans un corps endormi ! Quand la science rejoint la tradition.

L'une des questions posée par l'archétype de l'Au-delà via l'oliban est : « Te crois tu mortel ? » Si la souffrance vient d'une assimilation de la conscience seulement au corps et rien qu'au corps avec sa fin inéluctable, la réponse à cette question serait oui ; si la conscience s'assimile seulement à l'esprit et rien qu'à l'esprit, la réponse en serait non. La synthèse de cette dualité est l'acceptation d'être à la fois mortel et immortel, un corps et un esprit. Afin de n'en renier aucun et prendre soin des deux avec le même amour !


La rose


Exemple de la rose.

L'odeur de la rose nous relie au 4èmearchétype, celui de l'amour.

Les symboles qui associent la rose au coeur et à l'amour sont multiples ; citons-en simplement quelques uns telle la coupe du Graal (qui aurait recueilli le sang du christ en croix) qui est assimilée à une rose; l'ordre de la Rose-Croix place également la rose au centre d'une croix.

Offrez un bouquet de rose et l'amour passe, dit-on.

Dante, quant à lui compare l'amour paradisiaque au centre de la rose : « Au centre d'or de la rose éternelle, qui se dilate et va de degré en degré et qui exhale un parfum de louange au soleil toujours printanier, Béatrice m'attira ».

L'une des questions essentielles que cette odeur nous invite à nous poser est : « Comment aimes-tu ? ».

Elle révèle notre attachement ou notre difficulté à aimer. Ces deux tendances représentent la dualité de l'archétype, et les souffrances qui lui sont associées. L'attachement à aimer provoque un excès de sentimentalisme et rend prisonnier du "oui" : c'est la souffrance par le reniement de soi.

La difficulté à aimer provoque un excès d'autoritarisme et rend prisonnier du "non", cela crée la souffrance par le reniement de l'autre. Le juste milieu donnera l'équilibre; la sagesse populaire le proclame bien avec son « qui aime bien châtie bien ». La synthèse de l'archétype amoureux demande l'acceptation de s'engager dans la relation en aimant parfois l'autre, parfois soi-même, les moments magiques entre tous étant ceux où les deux amours sont présents simultanément : c'est le Mariage, au sens noble du terme.



Archétypalement reliée à Mère Marie ou à Sainte Rose de Lima, Rosa Damascena nous enveloppe et nous réconforte par son parfum à la fois doux et puissant. Sortons ces symboles de tout contexte religieux limitant et enfermant pour nous réapproprier leur douceur et leur force, leur Amour inconditionnel et leur confiance indéfectible en la bonté de la nature humaine.

- En olfaction, en portant simplement le flacon sous le nez lors de temps de pause, d’intériorisation, de méditation et cela aussi longtemps qu’elle reste agréable à respirer ; - En application cutanée, à la goutte, au niveau du centre de la poitrine selon les besoins et l’intensité des émotions ressenties au fil du processus de pardon. Son prix élevé saura nous raisonner mais Rosa Damascena est facile d’emploi. Elle peut être utilisée pure ou mélangée à une pointe d’huile végétale neutre comme Jojoba par exemple.

- La synergie aromatique Reine des Roses chez Oshadhi peut être diffusée, apportant son parfum précieux et profond, comme un baume pour le cœur et dispensant un doux sentiment d’amour. Nous utiliserons cette huile essentielle uniquement si nous l’aimons, si son odeur nous réconforte par la voie olfactive et cutanée. Si cela n’est pas le cas, le moment n’est peut-être pas encore venu et nous pourrons choisir entre Géranium Rosat ou Palmarosa voire tout simplement l’HE de Lavande vraie qui peut représenter une étape nécessaire de purification physique et psychique.




HUILES ESSENTIELLES ET CHAKRAS
.pdf
Download PDF • 905KB




0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout